Atna Njock

Atna Njock, alias Zekuhl, a un parcours atypique. Petit-fils d’un chef traditionnel, il est porteur inné et garant de la tradition du langage des tons.

 

Il est né au Québec et a grandi au Cameroun en Afrique Centrale où il est initié et baigne dans les traditions musicales de plusieurs ethnies africaines et camerounaises, dont celle de sa tribu Bàsàa et celles des Pygmées Baka proches de son village Kaya. Par la suite, il s’est enrichi avec le système tonal occidental et par le développement de notions musicales jazz, pop, classique et des variétés musicales contemporaines du monde. 

Guitares, balafons, Mbè (tambour long à peau), NKuu ou téléphone africain, sont ses instruments de prédilection. Le NKuu (prononcé Nkou), appelé le Téléphone africain est un tambour en bois avec fentes qui reproduit les langues parlées avec ses tons à l’aide du langage des tons et des codes rythmiques ancestraux. Il sert à communiquer entre les villages.

 

Auteur-compositeur-interprète, il écrit et compose le jeu de chaque instrument et des voix. Chaque composition parle le langage des traditions musicales ancestrales camerounaises. Chez les Bàsàa, la danse ''Bolbo'' est un rituel musical de rencontres. Il partage cette approche dans sa musique WorldJazz issue du langage des tons et du Bolbo dont le temps et le mode d'expression sont la vie de tous les jours, la diversité et la spiritualité.